24h Motos
11/06/2021 - 11:00

24 Heures Motos - Niccolò Canepa de retour au guidon après sa blessure de début de saison

Le report de cette 44e édition des 24 Heures Motos profite au pilote italien Niccolò Canepa. Blessé en essais de présaison sur le circuit espagnol de Valence, il n'aurait pas été en mesure de participer à la course si elle avait été maintenue au mois d'avril. Aujourd'hui en fin de convalescence, il espère tirer le meilleur de la Yamaha YZF-R1 #7 (YART - Yamaha Official Team EWC), avec ses équipiers Karel Hanika et Marvin Fritz.
24 Heures Motos - Niccolò Canepa de retour au guidon après sa blessure de début de saison

UNE MAUVAISE BLESSURE

Au guidon d’une des motos les plus rapides du plateau, Niccolò Canepa fait équipe avec Karel Hanika et Marvin Fritz. L’Italien de 33 ans a été victime d'une chute le 16 février dernier sur le circuit Ricardo Tormo de Valence. « Je me suis fait une triple facture de la cheville gauche. J’ai été opéré dans la foulée à Barcelone, où le Dr Mir m’a posé 10 vis et une plaque. Donc pendant plus de deux mois, je n’ai pas pu prendre le moindre appui sur ma cheville. Bilan : j'ai perdu la masse musculaire, et cela prend du temps de la retrouver. Heureusement, le chirurgien a fait du très bon boulot, et j’ai eu la chance d’être très bien pris en charge par une équipe de kinés. Sans eux, je n’en serais pas là. »

À 80%

« Aujourd’hui, je suis content parce que je n’aurais pas été prêt pour faire la course au mois d’avril comme elle était initialement programmée. Ce report m’a donné plus de temps pour récupérer ; je me sens aujourd’hui à environ 80% de mes capacités physiques et sportives. Je suis vraiment heureux parce que je ne ressens aucune douleur à la cheville. Je manque encore d’endurance, mais ce n’est pas si mal. Je ressors de nombreuses séances de rééducation, d’entraînement, de kiné. Je reviens de loin, parce que, après mon opération, je ne pouvais pas m’entraîner, je ne pouvais rien faire. Mais je me suis donné à 100% pour revenir, et être aussi prêt que possible. Il n'y avait pas moyen d’être totalement remis et préparé, mais j’ai fait de mon mieux. »

 

L'ÉPREUVE DU FEU

« La moto est géniale. Honnêtement, on a fait de gros progrès par rapport à l’an passé. Le feeling au guidon est très bon, on est mieux avec les différents pneus et globalement, on est très satisfaits de notre matériel. En essais, on était très rapides et en qualifications hier (jeudi), nous sommes partis sur une stratégie d’usure des différents types de pneus. Mais aujourd’hui (vendredi), nous aurons un train de pneus neufs pour chacun des trois pilotes. Et avec des températures plus basses, on pense que la moto sera plus rapide dans ces conditions matinales et que ce sera le meilleur moment pour faire tomber les chronos. Karel et Marvin ont déjà fait de très bons temps. Pour ma part, je pense que je peux progresser pas mal avec ce train de pneus neufs.

Pour la course, c’est difficile à dire. Bien sûr, on a fait beaucoup de tours en tests à Brno, et mardi ici-même. Mais cela ne remplace pas une course de 24 Heures. Vous avez beau arriver parfaitement préparé, c’est quand même une épreuve très difficile. Dans une course de 24 Heures, la fatigue va venir, inévitablement. Et quand la fatigue est là, tout change. Il faut gérer, pour tenir jusqu’à la fin, et ce n’est jamais simple. On n’est jamais certain de comment cela va se passer. Peut-être que je vais être très bien et que je vais pouvoir me battre et rouler vite jusqu’au drapeau à damier, peut-être que je serai contrait de jeter l’éponge. Abandonner, ce serait très dur, parce que je suis là pour être fort jusqu’au terme de la course. »