24h Motos
19/02/2022 - 17:00

24 Heures Motos – Le jour où la victoire s’est jouée dans les 20 dernières minutes

En 2019, après 24 heures de compétition intense et parfois incroyable, un ultime dépassement dans les 20 dernières minutes de course a permis à la Kawasaki #11 de décrocher la victoire. Retour sur une fin d’épreuve digne d’un grand prix.
24 Heures Motos – Le jour où la victoire s’est jouée dans les 20 dernières minutes

Les spectateurs présents sur le circuit Bugatti les 20 et 21 avril 2019, tout comme Jorge Viegas, alors nouveau président de la FIM et starter officiel, se souviendront longtemps de la 42e édition des 24 Heures Motos. Une course de 24 heures peut-elle se jouer dans les 20 dernières minutes ? Par quelles circonstances deux machines peuvent se retrouver roues dans roues après 3 500 kilomètres à un rythme élevé et se battre pour la victoire ? Les facteurs sont nombreux. Il y a la magie de l’endurance, mais surtout le talent de pilotes tels que Randy de Puniet, ancien concurrent du MotoGP, ou Jérémy Guarnoni, fer de lance de Kawasaki.

La dernière heure de course fut insoutenable. Une dizaine de secondes séparaient les deux machines de tête : la Honda #111 de Honda Endurance Racing et la Kawasaki #11 du Team SRC Kawasaki France. La bataille intense qui s’en suivit jusqu’au drapeau à damier, après une ultime intervention de la voiture de sécurité resserrant encore plus les écarts, a tourné à l’avantage de la Kawasaki #11 du trio Guarnoni/Checa/Nigon. Jérémy Guarnoni, au guidon de la Kawasaki #11 en fin de course se souvient : « C’était assez intense. Ça a débuté quand j’ai pris le dernier relais alors qu’il restait 40 minutes de course. Nous étions alors en deuxième position à 15 secondes de la Honda #111. Avant de prendre le guidon de la moto, j’ai échangé avec mon team manager, Gilles Stafler, afin de connaître la stratégie à adopter. Il m’a dit de tout donner. J’ai abordé ce dernier relais comme si je participais à une course de vitesse. Je ne réfléchissais plus vraiment en mode endurance. J’ai imprimé un rythme très élevé afin de réduire l’écart qui me séparait de la Honda puis la voiture de sécurité est entrée en piste à la suite de la chute d’un autre concurrent. Je me suis dit que c’était gagné et qu’il fallait que je double la Honda dès la relance. C’est ce que j’ai fait, car c’était impossible pour moi de terminer deuxième. Cette victoire, c’est l’un des plus beaux souvenirs de ma carrière. J’ai eu la chance de remporter le Bol d’Or à 18 ans, mais il me manquait un succès aux 24 Heures Motos, l’épreuve la plus prestigieuse en Endurance. »

Cette victoire c’est aussi celle de toute une équipe comme l’a rappelé Gilles Stafler, team manager du Team SRC Kawasaki France : « Cette course a vraiment été particulière. Nous avons perdu du temps en début d’épreuve à cause des voitures de sécurité. Mais j’ai une équipe de guerriers et ils savent aller au charbon. Nous avions imaginé un scénario à deux heures de la fin de la course. Lorsque Jérémy m’a dit qu’il était épuisé, je me suis un peu résigné puis j’ai demandé à notre kinésithérapeute de le remettre d’équerre. Cela nous a permis de l’envoyer au charbon pour les 40 dernières minutes de la course. Il a fait un relais fabuleux. Je ne voulais pas perdre cette course. »

Dans le clan Honda, Randy de Puniet avait confié lors de la conférence de presse d’après course : « Si on m’avait dit avant le week-end que les 24 heures de course se joueraient dans les trois dernières minutes, j’aurais dit que c’était impossible, mais c’est ce qui s’est produit… On repart avec la deuxième place, ce qui est un excellent résultat sur une course aussi mythique que les 24 Heures Moto, mais bien sûr on voulait gagner ».

Les 24 Heures Motos réservent toujours des scénarios inouïs. Rendez-vous les 16 et 17 avril prochains sur le circuit Bugatti pour savoir ce que la 45e édition vous réserve. D’autant que Randy de Puniet sera au guidon de la Kawasaki #11 de Webike SRC Kawasaki France Trickstar et Jérémy Guarnoni sur la BMW #37 du BMW Motorrad World Endurance Team.  

PHOTO : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT BUGATTI, 24 HEURES MOTOS, SAMEDI 20 AVRIL 2019, COURSE. En début de course, Randy de Puniet sur la Honda #111 et Jérémy Guarnoni au guidon de la Kawasaki #11 se sont affrontés sur la piste. 23 heures plus tard, ces deux machines étaient séparées d'une dizaine de secondes et se sont disputées la victoire de cette 42e édition.