24h Motos
17/04/2022 - 17:00

24 Heures Motos : Des vainqueurs qui ont ressenti la pression pendant 24 heures

Deuxième victoire de rang pour le Yoshimura Sert Motul et la Suzuki #1. Les réactions des pilotes et de Damien Saulnier, le Team Manager.
24 Heures Motos :  Des vainqueurs qui ont ressenti la pression pendant 24 heures

Gregg Black

« C’est une victoire et une course incroyables, à un rythme soutenu tout au long de la course. On a dû pousser chaque relais au maximum. On a eu affaire à des concurrents qui étaient très affûtés et qui roulaient très vite. Au contraire de l’année dernière, nous avons été obligés de maintenir un tempo élevé. Mes coéquipiers étaient très forts et on bénéficie d’une équipe exceptionnelle, donc c’était une course parfaite. »

« Je suis attendu au tournant sur les départs, c’est vrai. Tout le monde dit que je fais le holeshot. Pourtant ce n’est pas le but principal même si j’y parviens plutôt bien. Mais j’ai fait une assez grosse chute aux essais pré-Mans il y a quelques jours, je me suis cassé le talon. Je n’étais pas certain d’être en capacité de réaliser cet exercice du départ. Finalement ça l’a fait - bien, même. Malheureusement il y a eu un safety-car qui nous a empêchés d’enchaîner directement sur un relais rapide. En tous cas, on a eu une belle bagarre avec les autres motos officielles. »

Sylvain Guintoli

« La course a été très difficile. On a eu besoin de toute l’équipe, de la vitesse de Gregg et de Xavier, et de la stratégie, parce que ça a été 24 heures à fond du début à la fin. Notre consommation de carburant était meilleure, ça a aussi eu un rôle important. Nous avons tout mis bout à bout, on peut être fiers de repartir à la maison avec le trophée, parce qu’on a tout donné aujourd’hui. »

« Pour ma part, l’emporter deux fois en deux participations, c’est incroyable ! Je n’aurais pas cru cela possible. Mais l’endurance c’est un sport d’équipe et avec la bonne équipe, la bonne machine, les bons équipiers, et un peu de réussite, tout est possible, vous pouvez tout faire. Je me sens chanceux de faire partie de cette équipe. »

Xavier Siméon

« L’équipe, comme toujours, a fait un travail incroyable, surtout sur la stratégie. La moto était facile, plaisante à emmener. Les adversaires ont beaucoup travaillé pendant l’hiver, mais notre course a été parfaite. Le niveau était très relevé, on a dû pousser jusqu’à trois heures de la fin où Gregg a fait un temps énorme (1’36’’196), comme un petit coup de massue à la concurrence. C’est là qu’ils se sont dit : « OK, on va assurer la deuxième place ». Concernant Spa, je suis très heureux d’y retourner pour les 24 Heures. Pour nous, en tant qu’équipe, ce sera une course normale. J’ai grandi à Spa, quand mon père roulait en endurance, donc ça va être beaucoup d’émotion mais on va travailler comme d’habitude, à fond, comme ici. Je n’ai jamais eu la chance de rouler devant les fans de mon pays, on va essayer de faire au mieux en gardant les pieds sur terre. »

Yohei Kato, team manager

« L’année dernière, nous avons gagné les 24 Heures et le Bol d’Or. Cette année, nous aurons trois courses de 24 heures au programme. On s’est vraiment concentré sur cette distance, sur le développement de la moto et sur la cohésion d’équipe afin de remporter ces trois manches. Pour le moment, je suis très satisfait de la moto et des pilotes. »

Damien Saulnier, team manager

« Quelle course, quelle semaine ! J’ai été impressionné par le rythme imprimé par tout le monde, le YART et le F.C.C en particulier. Des chronos comme ça n’avaient jamais été faits en course. Franchement, je suis très admiratif et respectueux de mes trois « jockeys », hyper fier de toute l’équipe technique, Yoshimura au Japon et le SERT au Mans. »