24h Motos
07/05/2021 - 17:00

24 Heures Motos - Amandine Creusot (Team 202) : « Je suis un bon caméléon »

Amandine Creusot, pilote de la Yamaha #22 du Team 202 est la seule féminine inscrite sur la liste des engagés de la 44e édition des 24 Heures Motos (12-13 juin 2021). Elle évoque son attirance pour l’endurance, son bonheur de faire partie du Team 202 ainsi que ses capacités d’adaptation.
24 Heures Motos - Amandine Creusot (Team 202) : « Je suis un bon caméléon »

À un mois des 24 Heures Motos, quel est votre état d’esprit ?

« Je suis un peu stressée car à cause des reports des différentes épreuves, le timing va être serré entre les courses du Championnat de France et celles du FIM EWC. Nous allons rapidement aborder la semaine de course des 24 Heures Motos mais je sais par expérience qu’une fois qu’elle sera lancée, tout se passera bien. »

Lors des essais Pré-Mans, vous avez réalisé un chrono de 1’43’’531 et 278 tours du circuit Bugatti. Quel bilan dressez-vous de ces deux journées d’essais libres ?

« Le bilan n’est pas satisfaisant car on aurait dû repartir de ces essais avec un chrono plus rapide d’une seconde. En termes de roulage, nous avons enchaîné le plus de tours possibles. Malgré ça, nous n’avons pas trouvé le setting idéal pour que la moto puisse rouler vite. Nous avons encore du travail sur le châssis pour qu’elle soit facile à piloter sur 24 heures. La semaine de course passe très vite donc on ne part pas avec un réel avantage. »

2021 marque le 20e anniversaire de la victoire en Stocksport de la #22. Quel sera votre objectif pour cette 44e édition des 24 Heures Motos ?

« Plus les éditions passent et plus il est difficile de se qualifier. D’anciens pilotes des championnats du monde MotoGP et Superbike rejoignent l’endurance et naturellement le niveau augmente. Les équipes engagent des machines de plus en plus compétitives. Il y a une véritable course à l’armement. De notre côté, nous restons une équipe amateure pour qui il est difficile de faire évoluer la moto avec un budget limité. De ce fait, notre premier objectif c’est de nous qualifier pour la course et ensuite de rallier l’arrivée. S’il y a de belles surprises durant la course, ça sera que du bonus. »

Vous comptez trois participations aux 24 Heures Motos. Qu’est-ce que l’épreuve représente pour vous ?

« J’aime beaucoup le circuit Bugatti. Il me fait vibrer et c’est mon favori en France. Les 24 Heures Motos sont une course très difficile physiquement mais ce n’est pas insurmontable. Là où c’est vraiment compliqué c’est lorsque les conditions météorologiques sont changeantes comme l’an passé. Ce sont les 24 Heures Motos les plus ardues que j’ai vécu. Psychologiquement, il fallait tenir bon car à chaque relais on ne savait pas ce qui nous attendait en termes de conditions. Ma crainte c’était de faire perdre du temps à l’équipe. Il a fallu être solide dans la tête. Il y a énormément d’adrénaline sur ces courses et on ne retrouve ça nulle part ailleurs. C’est pour cette raison qu’on a toujours envie d’y retourner malgré les difficultés. »

Vous entamez votre deuxième saison avec le Team 202 qui représente le Club Motocyclisme de la Police Nationale. Comment vous sentez-vous dans cette équipe atypique ?

« Je m’y sens très bien. Mes coéquipiers et tous les membres de l’équipe sont des amis. Ce sont des personnes extraordinaires qui ont le cœur sur la main. Les 24 Heures Motos permettent ce genre de rencontre. Il y a une très bonne cohésion de groupe et c’est comme une deuxième famille pour moi. On ne nous met pas la pression. On nous demande de se faire plaisir et de faire plaisir à l’équipe. »

Quelles sont vos qualités pour l’endurance ?

« Je prends plus de plaisir en endurance qu’en vitesse. En endurance, il faut être un véritable métronome et c’est ma principale qualité. Je ne suis pas une pilote de qualification. Je n’ai jamais chuté durant une course de 24 heures. Je ne suis pas une pilote rapide mais je suis fiable. Je sais répondre présente et ça ne me pose pas de problème de doubler un relais. On peut compter sur moi ! »

Vous serez probablement la seule pilote féminine au départ des 24 Heures Motos. Le regrettez-vous ?

« Ça ne va pas changer grand-chose pour moi. J’ai l’habitude des équipages mixtes. De 2013 à 2019, j’ai fait partie du Girls Racing Team, un équipage 100 féminin. Ça s’était très bien passé toutefois, intégrer le Team 202 m’a ouvert les yeux et élargi mon champ de vision. Ce n’est pas facile pour nous les pilotes féminines de se faire une place dans un équipage mixte. J’ai un petit gabarit alors la moto n’est pas forcément faite pour moi mais je suis un bon caméléon, je sais m’adapter. »

Vous comptez trois participations aux 24 Heures Motos. Le record pour une pilote féminine est fixé par Magali Langlois avec cinq départs. Egaler ou dépasser cette performance est-il un objectif pour vous ?

« Je vieillis mais ce qui est bien en l’endurance c’est qu’il y a beaucoup de pilotes expérimentés. Tant que j’arrive à me qualifier et à livrer de belles courses, je suis contente. Il y a un gros cap à franchir afin de pouvoir jouer le podium en catégorie Superstock et ça ne viendra pas du jour au lendemain. Cela nécessite beaucoup d’entraînement et c’est parfois difficile de se mettre en condition quand on a une activité professionnelle à côté. Toutefois, pourquoi ne pas aller chercher le record de Magali ? Elle fait partie de mes icones et jamais je n’aurais pensé suivre sa trajectoire. Il va falloir tenir. »

Photo : Amandine Creusot entourée de ces deux coéquipiers lors des essais Pré-Mans des 24 Heures Motos 2021. La Yamaha R1 #22 du Team 202 sera engagée en catégorie Superstock.