24h Le Mans
10/06/2019 - 21:05

24 Heures du Mans - Rahel Frey (Kessel Racing) se réjouit de revenir au Mans

Rahel Frey participe à ses deuxièmes 24 Heures du Mans. Après un abandon en 2010, la pilote suisse revient plus forte que jamais avec l’écurie Kessel Racing et son équipage 100% féminin. Comme elle aime se le répéter, « Aux 24 Heures du Mans, vous ne savez jamais ce qui peut vous attendre ».
24 Heures du Mans - Rahel Frey (Kessel Racing) se réjouit de revenir au Mans

Cette année, Rahel Frey met son expérience des 24 Heures du Mans au profit de ses nouvelles partenaires de course : Michelle Gatting (Danemark) et Manuela Gostner (Italie). Avec l’écurie Kessel Racing, ce trio exclusivement féminin peut s’épanouir en endurance dans le cockpit d’une Ferrari 488 GTE. A l’aise dans cette machine, la pilote se dit « connectée et sereine » quand elle est au volant. Il faut dire que Rahel Frey n’en est pas à son coup d’essai. A 33 ans, elle participe pour la deuxième fois aux 24 Heures du Mans. Pour préparer sa première tentative dans la classique mancelle en 2009, la pilote avait couru les 1 000 kilomètres de Spa Francorchamps avec à la clé un podium en GT1. En juin 2010, la Suissesse prend le départ des 24 Heures du Mans au volant d’une Ford GT #61 de l’écurie Match GT Racing. La course de l’équipe féminine, composée de la pilote et ses consoeurs Natacha Gachnand et Cyndie Allemann, se soldera par un abandon dû à une motorisation défaillante.

L’objectif de l’équipage Kessel Racing #83 est simple : finir la course mais aussi, et surtout, montrer aux jeunes filles qu’il est possible d’être femme et pilote. Et pour cause, soutenues par la commission Women in Motorsports de la FIA (Fédération internationale de l’automobile), les trois pilotes n’hésitent pas à se confronter à la gent masculine depuis leur première course aux 12 Heures d’Abu Dhabi en décembre dernier. Un week-end de compétition qui s’est bien terminé puisque l’équipage a terminé deuxième de la catégorie GT3 Pro-Am. L’initiative porte ses fruits et l'aventure se poursuit en ELMS (European Le Mans Series) en 2019. Le trio s’empare de la deuxième marche du podium au classement LMGTE dès la première manche du championnat en avril dernier. La présidente de la commission féminine (WIM), Michèle Mouton, apporte tout son soutien aux trois pilotes. « Michèle Mouton et Cathy Muller nous aident énormément. Cathy a toujours un oeil sur nous : pour savoir comment nous allons, si tout se passe comme prévu. Sur le plan sportif, on peut s’appuyer sur son expérience. Elle ne nous étale pas tant de conseils que ça, mais, déjà, l’avoir avec nous à nos côtés, ça nous réconforte. Elle dégage une si bonne atmosphère » souligne la Suissesse.

Cette carrière professionnelle était une évidence pour cette trentenaire pleine de vie et audacieuse. Grandir auprès de parents concessionnaires influe sur sa vision de l’automobile. « Les voitures ont toujours été présentes dans ma vie, de près ou de loin. Mon père allait souvent à des évènements automobiles en plus… donc on le suivait avec plaisir ! » ajoute t-elle, fièrement. De retour sur le circuit du Mans, la jeune femme a hâte de commencer les festivités. Malgré un trafic dense avec les nombreuses LMP1 (Le Mans Prototype 1) et les LMP2 (Le Mans Prototype 2), et des conditions climatiques difficiles, Rahel Frey est sûre d’une chose : elle s’adaptera. « De toute façon, aux 24 Heures du Mans, vous ne savez jamais ce qui peut vous attendre, il faudra faire avec. Et j’espère qu’on y arrivera ! » conclut-elle en riant. Entourée d’une foule de médias prêts à dégainer leurs dictaphones, la Suissesse est dans son élément, ravie de cette attractivité mancelle.

 

PHOTO : LE MANS (SARTHE, FRANCE), PLACE DE LA REPUBLIQUE, PESAGE 2019. Rahel Frey, pilote de Kessel Racing, ravie de retrouver les nombreux spectateurs des 24 Heures du Mans venus la rencontrer au Pesage.

Actualités associées