24h Le Mans
16/06/2019 - 15:12

24 Heures du Mans - Le résumé de la course 2019 en LMP1

Toyota signe un doublé en catégorie LMP1 au terme d'une course qui n'a pas manqué à la réputation de la classique mancelle.
24 Heures du Mans - Le résumé de la course 2019 en LMP1

Après un premier succès décroché en 2018, les Japonais confirment cette année avec les Toyota TS050 Hybrid qui signent un magnifique doublé, la #8 devant la #7. Douze mois après leur triomphe, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Fernando Alonso pensaient devoir se contenter de la deuxième place. Et c’est le trio Mike Conway, Kamui Kobayashi et José-Maria Lopez qui devait s’imposer, comme un symbole. Logiquement, aussi, puisque la #7 a pointé en tête de tous les classements horaires - sauf deux - et que sa domination fut totale. 

Au départ, les deux Toyota TS050 Hybrid prenaient leur envol progressivement. Mike Conway (Toyota TS050 Hybrid #7 Toyota Gazoo Racing) profitait d’une piste claire pour enchaîner les boucles rapides. Son 4e passage sur la ligne allait être le meilleur de la course, en 3’17’’297. Après une heure, l’écart était de 15 secondes, puis allait progressivement atteindre la minute.

La huitième heure laissait entrevoir une possible bataille en piste. José-Maria Lopez, sur la #7, tirait tout droit à Mulsanne, laissant Kazuki Nakajima sur la #8 passer. Mais la Toyota TS050 Hybrid #7 allait reprendre la tête durant la nuit grâce à deux éléments : les meilleurs temps au tour des pilotes et des arrêts ravitaillement eux aussi plus efficaces. Un scénario opposé à celui de l'an passé, lorsque la #8 brillait sur ces deux chapitres. Mais le coup de théâtre est survenu à 13 h 58. La #7 était alors signalée au ralenti à cause d'une crevaison, et José-Maria Lopez devait rentrer à allure réduite. Dans les S Porsche, Kazuki Nakajima sur, la #8, passait pour une dernière heure en tête !

La course des LMP1 non-hybrides ne fut pas moins mouvementée. Crevaisons, erreurs en piste, problèmes techniques. Les deux Rebellion R13 - Gibson ont souffert, en particulier la #3 de Thomas Laurent, Nathanaël Berthon et Gustavo Menezes. On se souviendra en particulier du choc impressionnant, au niveau de la seconde chicane des Hunaudières, pour Thomas Laurent en début de soirée, peu après 21 heures. En mettant le pied sur le frein, il allait abîmer son auto dans le rail. Peut-être moins rebelles mais plus constants, les pilotes de la BR Engineering BR1 - AER #11 SMP Racing ont réussi à décrocher la troisième place du podium. Mikhail Aleshin, Stoffel Vandoorne et Vitaly Petrov n’ont jamais reculé au-delà de la 4e place. Belle fiabilité pour le bloc AER et pour cette BR Engineering BR1 au dessin si séduisant.

1 - Toyota TS050 Hybrid #8 Toyota Gazoo Racing - Sébastien Buemi / Kazuki Nakajima / Fernando Alonso
​2 - Toyota TS050 Hybrid #7 Toyota Gazoo Racing - Mike Conway / Kamui Kobayashi / Jose-Maria Lopez
3 - BR Engineering BR1 #11 SMP Racing - Mikhail Aleshin / Stoffel Vandoorne / Vitaly Petrov

PHOTO : LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT DES 24 HEURES DU MANS, 16 JUIN 2019. Au terme d'une dernière heure époustouflante, la Toyota TS050 Hybrid #8 franchit la ligne d'arrivée devant la #7.