24h Le Mans
Le 25/05/2016 10:37

24 Heures du Mans - Le garage 56, dans l'esprit du Mans

Savez-vous que les phares anti-brouillard, les freins à disque ou encore le diesel ont été testés pour la première fois en compétition aux 24 Heures du Mans ? La course fait figure de pionnière en matière de progrès technologique. C'est dans cet esprit que le 56ème des 60 stands est réservé, depuis 2012, à des voitures innovantes.

24 Heures du Mans - Le garage 56, dans l'esprit du Mans

Elle s’appelait la DeltaWing et tout la distinguait des autres prototypes : son poids-plume (moins de 500 kilos), son nez pointu, ses faux airs de navette spatiale… La DeltaWing fit bonne figure aux 24 Heures du Mans 2012, jusqu’à ce qu’un accrochage la mette hors-course, durant la nuit. Mais le nom de la belle américaine reste tout de même gravé dans l’Histoire des 24 Heures, en tant que première occupante du « Garage 56 ». Ce stand est le 56ème des 60 alignés au Mans, d’où son nom. L'ACO l'a construit afin de pouvoir accueillir ces voitures innovantes sans retirer une place sur la grille, ce qui aurait nuit aux voitures "conventionnelles". La voiture qui occupe le 56ème stand court hors classement, et elle est la seule à avoir le droit de ne pas respecter le règlement technique de la course ! « L’idée est de laisser la plus grande liberté possible aux projets et à l’innovation », explique Vincent Beaumesnil, Directeur du Pôle Sports. « Le Garage 56 doit dévoiler les technologies d’après-demain en matière d’automobile. Le critère environnemental (réduction de la consommation et des émissions de gaz, etc) est évidemment important. »

Mêmes s’ils sont futuristes, les prototypes sélectionnés dans le cadre de ce projet doivent respecter la règlementation en matière de sécurité, et se plier aux crash-tests par exemple.
« Lorsque nous recevons un projet concernant le Garage 56, nous commençons par rencontrer les concepteurs pour qu’ils nous présentent leur dossier en détails, pose Vincent Beaumesnil. Nous leur imposons des critères de performance et ils construisent leur prototype en fonction de cela : l’idée n’est pas d’engager dans le  cadre du Garage 56 une voiture qui aurait des dérogations réglementaires lui permettant d’être beaucoup plus rapide que les prototypes de la catégorie reine LM P1, mais bien de tester de nouvelles technologies. »

En 2013, c’est une voiture équipée d’une pile à combustible à hydrogène qui était invitée, la Green GT H2. Conçue en Suisse, elle devait être la première voiture sans moteur thermique à participer aux 24 Heures. Hélas le team a jeté l’éponge quelques jours avant la course, considérant que la Green GT H2 n'était pas suffisamment prête.
Le prototype invité en 2014, la Nissan ZEOD RC, réussit à boucler un tour entier du circuit du Mans en 100% électrique. Elle ne termina pas la course, abandonnant sur problème de boite de vitesse.
En 2015, l’ACO estima ne pas avoir reçu de projet assez solide pour le 56ème stand. En 2016 c’est le SRT 41 qui l’occupe. Ce prototype est adapté au handicap de l’un de ses pilotes, Frédéric Sausset, qui est aussi le patron de l’équipe. Frédéric est quadri-amputé mais l’habitacle de la voiture a été conçu pour qu’il puisse piloter. « Le système qu’il a imaginé peut s’adapter à n’importe quelle voiture en moins de dix minutes : pour les personnes handicapées, cela ouvre des perspectives considérables ! C’est un message fort et porteur d’espoir. Et puis il y a la notion de dépassement de soi qui est extrêmement importante et qui incarne bien la dimension d’aventure humaine qui fait la légende des 24 Heures du Mans. »

On connait déjà l’équipe sélectionnée pour le Garage 56 en 2017 : le fameux WR (pour Welter Racing) et son prototype roulant au bio-méthane. « Nous recevons 5 ou 6 dossiers par an dans le cadre du Garage 56, et essayons de faire notre choix deux ans à l’avance. Le nom de WR a donc été annoncé dès juin 2015 », précise Vincent Beaumesnil. Le projet WR est particulièrement innovant et dans l’air du temps puisque le méthane est un gaz produit par la fermentation des déchets. L’idée est de le récupérer et de le liquéfier pour en faire un carburant du futur. A découvrir sur la piste du Mans lors des 24 Heures 2017 !

Photo : La Nissan DeltaWing fut la première voiture engagée dans le cadre du Garage 56, en 2012.