24h Le Mans
07/07/2019 - 12:00

24 Heures du Mans - Gérard Larrousse : « l’épopée Matra a été fantastique »

A l’occasion des Classic Days ce week-end (6-7 juillet), Gérard Larrousse a repris le volant de son prototype Matra MS 670 B, propriété aujourd'hui du Musée des 24 Heures du Mans, avec lequel il avait gagné les 24 Heures du Mans. Le double vainqueur de la classique mancelle livre ses souvenirs sur cette légendaire épopée Matra.
24 Heures du Mans - Gérard Larrousse : « l’épopée Matra a été fantastique »

Pour le public, la légende de Matra aux 24 Heures du Mans est intacte. Avant l’entrée en piste de Gérard Larrousse dans le cadre de ces Classic Days, le démarrage du V12 3 litres Matra dans son stand provoquait systématiquement un attroupement instantané… et même des applaudissements lorsque les mécaniciens coupaient le moteur ! « C’est toujours un bruit extraordinaire, confie d’emblée Gérard Larrousse, et c’était une époque qui a laissé une grande trace dans l’histoire du sport automobile. »

Après la première victoire mancelle de Matra en 1972, signée Henri Pescarolo et Graham Hill, Gérard Larrousse succède à ce dernier l’année suivante. « Sur mes deux victoires aux 24 Heures du Mans avec Matra, la plus enthousiasmante aura été la première, en 1973, précise-t-il. Nous nous sommes battus toute la nuit contre les Ferrari (dont c’était la dernière apparition officielle en prototypes. Ndlr), ce fut une bagarre dure. Cette année-là, quand nous sommes arrivés au Mans, Jean-Luc Lagardère avait convoqué tout le monde chez Matra Simca à l’époque. La veille de la course, tous les concessionnaires étaient réunis sous une tente, Jean-Luc Lagardère leur a présenté l’équipe et les pilotes et leur a dit : voici ceux qui vont gagner dimanche ! Ce qui a bien sûr un peu mis la pression à tout le monde (sourire). »

Aux 24 Heures du Mans 1973, nous nous sommes battus avec les Ferrari pendant toute la nuit.
Gérard Larrousse

Outre trois victoires d’affilée aux 24 Heures du Mans (de 1972 à 1974) et un titre mondial en Formule 1 avec Jackie Stewart (1969), Matra a grandement contribué au renouveau du sport automobile français au fil des années 1960. Parmi les nombreux pilotes français (mais aussi, pendant les années 1970, les Britanniques Graham Hill et David Hobbs, ou encore les Néo-Zélandais Chris Amon et Howden Ganley), Gérard Larrousse occupe une place atypique.

« Matra a formé toute une génération de pilotes en monoplace et je suis arrivé dans la maison parce que j’avais l’expérience des prototypes chez Porsche, ils savaient que j’avais piloté et fait gagner la 917, précise celui qui est aujourd’hui le président du Club des Pilotes des 24 Heures. J’étais très fier de rejoindre Jean-Pierre Beltoise, François Cevert, Henri Pescarolo, mais j’avais un profil un peu différent des autres pilotes français qui n’avaient fait que de la monoplace. Je connaissais toutefois bien Matra pour avoir remporté le Tour Auto avec eux. Ils m’avaient confié une voiture en 1971 et j’avais gagné. Je n’étais donc pas tout à fait un inconnu chez eux. Je connaissais aussi l’ingénieur Gérard Ducarouge, le Directeur Technique de l’époque. Matra a également amené dans l’automobile les techniques issues de l’aéronautique, ce qui a permis d’avoir de très bonnes voitures, que ce soit aux 24 Heures du Mans ou précédemment en Formule 1. Ces voitures sortaient vraiment de l’ordinaire. Tout le monde a profité de la dynamique de cette aventure. L’épopée Matra a été quelque chose de fantastique, initiée par Jean-Luc Lagardère, dont je garde à titre personnel un souvenir indélébile. »

PHOTOS (MICHEL JAMIN / ACO) - LE MANS (SARTHE, FRANCE), CIRCUIT BUGATTI, CLASSIC DAYS, 6 & 7 JUILLET 2019. L'aura de Matra, de Gérard Larrousse et des autres pilotes ayant contribué à l'histoire du constructeur français aux 24 Heures du Mans reste aussi intacte que vive pour tous les passionnés, qui se sont massés devant le stand de la MS 670B à chacune de ses sorties en piste.