24h Le Mans
Le 15/06/2018 13:34

2020-2024 : un réglement révolution-air aux 24 Heures du Mans

Pour 2020-2024, une nouvelle catégorie reine va faire son apparition : des prototypes plus racés et davantage griffés selon leurs marques. Fort d’un look musclé, ces machines de course auront toujours recours à un système hybride, tout en laissant libre le choix de la motorisation à combustion. Les coûts seront en revanche maitrisés. Les Fans choisiront leurs noms !

2020-2024 : un réglement révolution-air aux 24 Heures du Mans

2020-2024 marquera une nouvelle ère pour l’Endurance, avec des prototypes d’un nouvel air, qui répondront au nom.... que les fans de la discipline auront très prochainement retenu. Super Sportscar, GTPrototype, Le Mans Supercars ou encore Le Mans Hypercars..., le public aura son avis sur la question !

Ce règlement, résultat d’un travail commun entre les équipes de l’ACO et de la FIA et de plusieurs constructeurs automobiles, insiste en effet sur l’apparence, le style, les lignes des machines de la catégorie reine. En endurance, la diversité, la variété des équipes et des voitures a toujours été une marque de fabrique. Elle le sera encore davantage,  avec des voitures racées et musclées, des bêtes de courses. Car c’est l’esprit et l’image de l’Endurance. Et puis, pour affronter, de jour comme de nuit, sous le soleil ou la pluie, sous la chaleur ou par le froid, des circuits comme Le Mans, Spa, Silverstone, Fuji ou encore Sebring, il faut du robuste, un proto aussi imposant qu’ingénieux, technologique, une voiture sur laquelle on se retourne, comme on se retourne dans la rue ou dans les allées des salons automobiles sur les hypercars, les supercars, les GT de luxe ou les concept cars. Pourquoi dès lors ne pas s’inspirer de ces derniers pour construire les voitures de course de l’endurance ? Ce sera chose faite.

Clairement la recherche de performance aérodynamique ne pourra se faire au détriment du design de la voiture.

Parce que la catégorie reine doit aligner des machines performantes et probantes en matière de technologies, ces nouveaux prototypes seront encore ‘’hybrides’’, avec l’utilisation d’un système KERS à l’avant, pour toujours plus d’efficacité énergétique avec des voitures 4 roues motrices. Cette technologie se démocratisera puisque le système KERS, développé par certains constructeurs sera obligatoirement proposé à la vente, à un prix défini par le règlement.

Ces nouveaux protos auront fière allure, mais fileront aussi à vive allure. L’esprit du règlement vise un certain niveau de performance : 3’20’’ par tour au Mans, avec une consommation encadrée.

Autre priorité du règlement, le coût de ces machines. Elles seront certes remarquables, compétitives et useront de technologies innovantes, mais avec des budgets limités : quatre fois inférieurs à celui des LMP1 H actuelles. Pour obtenir cet équilibre, une procédure d’homologation innovante qui limite fortement les développements coûteux a été décidée, tout comme un encadrement technique qui contraindra les dépenses naturellement, en fermant les voies techniques onéreuses.

En matière de motorisation, la liberté est en revanche totale. La garantie d’une compétition entre les différentes architectures de moteurs sera assurée par une consommation spécifique règlementée.

Ce règlement courra sur 2020-2024.

Pierre Fillon, Président de l’Automobile Club de l’Ouest : « Le travail fourni pour parvenir à ce règlement a été particulièrement satisfaisant, car très tôt nous avons ressenti l’intérêt et l’adhésion de nombreuses concurrents ou potentiels concurrents, à ce projet de nouvelle catégorie. C’est une nouvelle étape qui commence en 2020 pour l’endurance. Elle s’annonce plus que prometteuse sur le papier. Certes, Le Mans 2018, 2019 et 2020 seront enthousiasmants néanmoins je suis curieux d’être au départ des 24 heures du Mans 2021. »

Richard Mille, Président de la Commission Endurance de la FIA: « Les annonces qui ont été faites aujourd’hui sont un premier pas vers une nouvelle direction pour la catégorie reine du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA et des 24 Heures du Mans. Alors que ce nouveau règlement établit un cadre attractif pour les constructeurs comme pour les équipes privées, il ravira dans le même temps les fans de la discipline tout comme il pourra séduire un nouveau public pour ce sport. Parmi les propositions annoncées, la limitation des coûts devrait permettre de rendre plus accessible la technologie hybride et participer à construire avec l’endurance un avenir plus écologique. Dès 2020, la catégorie reine aura une allure bien différente, et cette perspective nous rend impatient. »

Gérard Neveu, CEO du Championnat du Monde d’Endurance FIA :  « La direction prise par le nouveau règlement, que l’ACO et la FIA ont présenté aujourd’hui, est extrêmement positive. Elle résulte d’un travail méticuleux et conséquent accompli par l’ACO, la Commission Endurance de la FIA et nos partenaires constructeurs et teams, nous sommes confiants quant au futur de l’endurance et du Championnat du Monde WEC FIA en particulier. Le règlement 2020-2024 est, pour les concurrents, à la fois très intéressant d’un point de vue technique mais aussi durable et responsable, notamment avec le choix de budgets plus contrôlés, plus mesurés qui sera un facteur clé. Nous espérons accueillir en WEC davantage de constructeurs d’envergure mondiale et d’équipes internationales. Toutes les conditions sont désormais idéales pour qu’ils puissent se livrer à une compétition de haut niveau avec, en point d’orgue les 24 Heures du Mans. »

Photo : Richard Mille, président de la Commission Endurance de la FIA, et Pierre Fillon, président de l'ACO, à la conférence de presse des 24 Heures du Mans.