24h Le Mans
Le 16/07/2017 10:00

Stefan Mücke (Ford) : "Monter sur le podium au Mans est une expérience incroyable"

Ce week-end, Stefan Mücke évolue à domicile aux 6 Heures du Nürburgring, quatrième manche du Championnat du Monde d’Endurance. L'Allemand, pilote officiel Ford depuis 2016 et 10e des dernières 24 Heures du Mans en catégorie LMGTE Pro, est revenu sur ses différentes participations au Mans.

Stefan Mücke (Ford) : "Monter sur le podium au Mans est une expérience incroyable"

Sa première participation aux 24 Heures du Mans : « C’était en 2007 (sur la Lola B07/17 – Judd engagée par Charouz Racing System en compagnie de Jan Charouz et Alex Yoong, 8e au classement général, 5e en LMP1, ndlr), j'ai donc disputé mes 11e 24 Heures du Mans cette année. »

Son avis sur les 24 Heures du Mans : « Quand je suis arrivé au Mans pour la première fois, je me suis dit  que c’était une course comme les autres, qu’elle était tout simplement un peu plus longue par rapport à ce que j’avais connu auparavant. Cependant, tout est différent ici : c’est un tout, une atmosphère : cela commence une semaine avant la course avec le Pesage, il y a la Parade des pilotes avec tout ce public et tous ces fans massés autour du parcours. C’est vraiment un très grand événement, quelque chose de spécial pour un pilote. Quand vous montez sur le podium, que vous voyez tous ces spectateurs juste en-dessous, cela vous procure un sentiment incroyable. C’est tout simplement la plus grande course au monde. Je suis toujours fier d’être là et d’être un des acteurs de cette épreuve. »

Son meilleur souvenir : « Quand je suis monté sur le podium (à deux reprises au volant d’une Aston Martin Vantage en 2012 et 2013 en LMGTE Pro, ndlr). C’est ce que vous désirez : finir la course et faire un bon résultat même si ce n’est pas la victoire. »

Son pire souvenir : « Ce sont toutes les fois où j’ai eu un souci qui m'a privé de victoire. Parfois, ce sont juste des toutes petites choses qui peuvent coûter cher au final. Cela peut être difficile à vivre surtout quand vous menez l'épreuve depuis un bon moment. Vous devez tout le temps être focalisé sur votre course : ne pas faire d’erreur, ne pas perdre de temps dans les stands, ne pas avoir de souci technique. Ce n'est qu’à ce prix que vous obtenez un bon résultat. »

Votre meilleure voiture au Mans : « En tant que pilote, vous voulez toujours avoir la voiture la plus rapide. J’ai de très bons souvenirs de mes années en LMP1 avec l’Aston Martin B09/60, au V12 tellement mélodieux (2009 et 2010, ndlr). Cette auto était vraiment très rapide. La Ford que je pilote maintenant est tout à fait incroyable à piloter, elle est bien équilibrée. Bien entendu, vous avez moins de puissance avec ce genre de voiture qu’avec des LMP1, mais l’évolution des GTE est tout à fait impressionnante. Cela fait maintenant cinq ans que je pilote des GTE au Mans. Ces autos ont beaucoup progressé, on ne les pilote plus de la même façon, non plus comme une GT, mais comme une vraie voiture de course, elles sont même désormais proches des prototypes. C’est particulièrement sympa sur un circuit comme Le Mans avec de longues lignes droites, de gros freinages ou dans des endroits comme les virages Porsche. Je peux vous dire que quand vous avez une bonne voiture, que vous êtes dans cet enchaînement, vous prenez beaucoup de plaisir. »  

Son meilleur coéquipier : « Je citerais Darren Turner qui a été mon coéquipier pendant plusieurs saisons chez Aston Martin Racing. Nous avons disputé tant de courses ensemble, nous sommes même devenus amis. Depuis 2016, je partage le baquet de la Ford GT avec Olivier Pla. Il est vraiment très rapide et très professionnel. J’ai de très bonnes relations avec lui. L’endurance est un travail d’équipe, avoir des pilotes à ses côtés comme Darren Turner et Olivier Pla vous rendent les choses plus faciles. »  

Ses 24 Heures du Mans 2017 : « Tout avait bien commencé. Nous avons même mené la course pendant quelques heures. Nous avons d’abord eu une crevaison, mais elle n’a pas eu trop d’impact, nous avons réussi à rester dans le trio de tête.  Malheureusement, pendant la nuit, Olivier (Pla) a eu un souci : la suspension arrière s’est cassée, il a terminé dans un bac à gravier. Cela nous a coûté six tours pour revenir et réparer la voiture. C’est dommage, mais de toute façon nous n’étions pas aussi forts qu’Aston Martin et Corvette. La voiture sœur n°67 termine 2e, ce qui est bien pour l’équipe. »

Le reste de la saison : « Nous sommes toujours en lice pour le titre. Notre but est le titre Constructeur GTE, nous voulons donc marquer le plus de points possibles lors des six manches restantes. Tout reste possible également pour le titre pilotes ! » 

Photo : Stefan Mücke (à gauche) en compagnie de Ken Block, champion de sports extrêmes. 

Dernières actualités