24h Le Mans
Le 19/05/2017 13:00

Matra, Le Mans et les années 1970 (1) - 1970-1971, en attendant la victoire

Après quatre participations de 1966 à 1969, le début des années 1970 voit la marche inexorable du constructeur français Matra vers un triplé victorieux aux 24 Heures du Mans en 1972, 73 et 74. Auparavant, les éditions 1970 et 1971 ont alterné difficultés et promesses.

Matra, Le Mans et les années 1970 (1) - 1970-1971, en attendant la victoire

Mais avant d'évoquer l'aube des années 1970, un flashback est nécessaire. Après avoir utilisé un propulseur V8 BRM 2 litres pour ses deux premières participations sarthoises en 1966 et 67 sans jamais avoir terminé, Matra construit son propre moteur (V12 trois litres) pour l'édition 1968. C'est l'année du premier exploit : au volant de l'unique voiture engagée, Henri Pescarolo entre dans la légende avec sa fabuleuse chevauchée nocturne sous la pluie en panne d'essuie-glace. Remontés en deuxième position, l'homme au casque vert et son coéquipier Johnny Servoz-Gavin abandonnent à trois heures du drapeau à damier, victimes d'une crevaison ayant entrainé un début d'incendie. En 1969, quatre voitures sont au départ, et trois d'entre elles réalisent un beau tir groupé dans le top 10 avec Jean Pierre Beltoise-Piers Courage (4e), Jean Guichet-Nino Vaccarella (5e) et Nanni Galli-Robin Widdows (7e).

Parallèlement, le constructeur français est titré en Formule 1 avec Jackie Stewart, au volant d'un châssis Matra propulsé par un V8 Ford Cosworth et engagé par Ken Tyrrell. Pour 1970, Stewart refuse d'utiliser le V12 Matra. Tyrrell se tourne alors vers March avant de d'aligner son propre châssis, tandis que Matra s'engage en Formule 1 sous ses propres couleurs.

En 1970, les conditions météorologiques difficiles provoquent une véritable hécatombe chez les favoris Ferrari et Porsche, mais Matra ne peut en profiter : les quatre voitures engagées ont renoncé avant même les douze coups de minuit.

Matra ayant choisi de concentrer ses efforts sur la Formule 1, une seule voiture est engagée aux 24 Heures du Mans 1971. Le dimanche matin au lever du jour, Chris Amon (également pilote Matra en F1) et Jean-Pierre Beltoise occupent la deuxième place, comme Pescarolo-Servoz Gavin en 1968, derrière la Porsche 917 K des futurs vainqueurs Helmut Marko-Gijs van Lennep. Mais, victimes d'un problème d'accélérateur puis d'allumage, le Néo-Zélandais et le Français abandonnent à 9 heures du matin.

L'année 1972 va voir un changement d'orientation total de la politique sportive de Matra, qui aboutira à trois victoires consécutives. Un triplé victorieux à découvrir dans le prochain épisode de cette saga.

Photo (Archives ACO) : Vainqueur des 24 Heures 1966 sur Ford, le Néo-Zélandais Chris Amon était en 1971 pilote Matra à la fois en Formule 1 et au Mans.

Dernières actualités