24h Le Mans
Le 04/08/2017 15:00

Jules Gounon sur les traces de son père Jean-Marc

Jean-Marc Gounon est bien connu des paddocks des 24 Heures du Mans puisqu'il a participé à la course sarthoise à onze reprises dans sa carrière entre 1995 et 2008. C’est maintenant au tour de son fils, Jules, de vouloir tenter l’aventure du Mans.

Jules Gounon sur les traces de son père Jean-Marc

Jules Gounon vient de rentrer dans le cercle des pilotes ayant gagné une course de 24 heures. Le jeune homme (22 ans) vient en effet de remporter les 24 Heures de Spa au volant d’une Audi R8 LMS engagée par l’équipe française, Audi Sport Team Saintéloc, en compagnie de deux spécialistes du GT : Christopher Haase et Markus Winkelhock.

Son ascension a été assez rapide avec un départ pour le moins étonnant avec son père, Jean-Marc Gounon. « Un jour, j’ai réveillé mon père en pleine nuit en le suppliant de me laisser rouler en karting. Il ne voulait pas, m’expliquant que c’était un monde très compliqué. Il est vrai, je m’en rends compte aujourd’hui, que c’est de plus en plus dur d’accéder à des volants de pilotes professionnels. Un matin, j’ai néanmoins trouvé une super astuce : "si je travaille bien à l’école, est-ce que tu me récompenseras en me laissant faire du karting ?" Le trimestre d’après, j’avais 16 de moyenne, avec les félicitations du conseil de classe ! C’est comme ça que tout a commencé en 2010. J’ai débuté en National, une catégorie de promotion pour les jeunes sans gros budget (il termine meilleur débutant). J’ai ensuite été champion de France Rotax dès ma deuxième année de Karting et ça s’est enchaîné avec un contrat avec Sodi Kart. » 

Je voudrais remercier mon père car c’est grâce à lui et tous mes partenaires que j'en suis là aujourd’hui.

Jules Gounon

Les résultats ne se font pas attendre : une place de vice-champion d'Europe de Karting X30 et, quelques mois plus tard, Jules Gounon est sacré champion du monde X30. Il continue de gravir les échelons en passant par la Formule 4 (vice-champion avec six victoires), la Formule Renault 2.0 et la Porsche Carrera Cup France. « J’ai ensuite commencé le GT en disputant l’ADAC GT Masters (il termina 3e avec trois victoires) en 2016. Cette année, je dispute ma deuxième année de GT3 et gagner les 24 Heures de Spa est tout simplement incroyable. »

Jean-Marc Gounon n’essaie pas de s’immiscer dans la carrière de son fils, comme celui-ci le confirme : « J’ai un manager qui s’appelle Didier André (qui compte une saison en IndyCar Series et huit participations aux 24 Heures du Mans, ndlr) et qui m’aide à bien gérer ma carrière. Mon père me soutient depuis le début. C’est lui qui m’a tout appris en karting, comme la technique de course par exemple, car j’avais pas mal de retard au début, ne commençant le karting qu’à l'âge de15 ans. Il est toujours présent : il me donne des astuces, mais il me dit souvent que c’est à moi de tracer ma propre carrière. C’est quelque chose que l’on ne retrouve pas chez tous les pères. Je voudrais lui dire merci car c’est grâce à lui et tous mes partenaires que je suis là aujourd’hui. »

Jules semble avoir trouvé sa voie dans les courses d’endurance. « J’ai disputé les 24 Heures de Daytona dans la catégorie GTD cette année, terminant 2e, manquant la victoire pour deux dixièmes. C’était incroyable. Gagner les 24 Heures de Spa, c’est magique, je n'arrive pas à y croire. J’adore l’endurance avec cet esprit d’équipe, aller réveiller mon coéquipier à 6 heures du matin, en l’encourageant, en le poussant. C’est assez exceptionnel. »

Bien entendu, Jules Gounon aimerait marcher dans les traces de son papa, qui a disputé les 24 Heures du Mans à onze reprises. Il a notamment couru quatre fois pour Courage Compétition, a été pilote officiel AMG Mercedes en 1999 et a terminé 2e au classement général en 1997 sur une McLaren F1 GTR. « J’ai envie de continuer en endurance et mon objectif ultime est de gagner les 24 Heures du Mans. Cette course fait partie du « big four » des courses de 24 heures avec Daytona, le Nürburgring et Spa. Le Mans est la plus grande, j’aimerais l'accrocher à mon palmarès si j’arrive à faire carrière dans le sport auto. J’ai essayé de faire les 24 Heures du Mans cette année, mais tous ceux que l’on a contactés demandaient du budget. Je n’en ai pas. Cette année, j’arrive à rouler en ADAC GT Masters grâce aux gens de Callaway qui font des efforts surhumains pour me faire rouler et en Blancpain Endurance Series grâce à Jérôme Policand et Jean-Luc Beaubelique.»  

A noter que Jules Gounon est entré dans le cercle très fermé des pilotes français ayant remporté les 24 Heures de Spa dans l’ère GT. Il rejoint Romain Dumas (double vainqueur des 24 Heures du Mans en 2010 et 2016), Christophe Bouchut (vainqueur au Mans en 1993), David Terrien, Sébastien Bourdais et Jean-Philippe Belloc. La dernière victoire d'un Français datait de 2010 (Romain Dumas). 

Dernières actualités