24h Le Mans
Le 21/04/2017 13:00

Bruce McLaren, l'homme-orchestre (2) - 1964-1967, les années Ford

Disparu en 1970 à 32 ans, Bruce McLaren aurait fêté ses 80 ans en 2017. En près de deux décennies d'une carrière trop tôt interrompue, il a été l'un des talents les plus complets de son époque : pilote, ingénieur, constructeur... Ces capacités d'homme orchestre font de lui, dès 1964, l'un des pionniers de l'aventure de Ford aux 24 Heures du Mans, avec en point d'orgue la plus haute marche du podium sarthois en 1966.

Bruce McLaren, l'homme-orchestre (2) - 1964-1967, les années Ford

En 1964, Bruce McLaren prend le départ de ses cinquièmes 24 Heures du Mans associé à Phil Hill, premier Américain vainqueur dans la Sarthe (1958, 1961 et 1962). Dès le départ de la course, la Ford GT40 n°10 est victime d'une cascade de soucis qui la font chuter en 44e position et la condamnent à une longue remontée. Revenue en quatrième position peu après la mi-course, elle abandonne finalement à la 14e heure, non sans que Phil Hill ait établi un nouveau record du tour (211 km/h de moyenne). L'année suivante, c'est à nouveau un problème de boîte de vitesses qui provoque l'abandon de Bruce McLaren. Après que le Néo-Zélandais a mené le début de course jusqu'à son premier ravitaillement, son coéquipier Ken Miles abandonne après à peine quatre heures en piste...

En 1966, Bruce McLaren termine pour la première fois les 24 Heures du Mans... en vainqueur, associé à son compatriote Chris Amon. Leur course est loin d'être un long fleuve tranquille : les conditions météo changeantes les relèguent après quatre heures en huitième position à un tour, au point de décider de changer en pleine course de manufacturier de pneumatiques, passant des Firestone aux Goodyear, selon eux mieux adaptés. Dès lors, ils ne cessent de remonter, prenant la tête à la seizième heure, avant de s'imposer finalement face à l'autre Ford Mk II de Dennis Hulme-Ken Miles. Ronnie Bucknum et Dick Hutcherson complètent un magnifique triplé, qui plus est en présence de Henry Ford II, venu donner le départ de la course. Cette victoire marque en outre le début du premier âge d'or du sport automobile néo-zélandais : outre le succès sarthois de McLaren-Amon en 1966, Dennis Hulme devient le premier (et toujours seul à ce jour) Kiwi Champion du Monde en Formule 1 en 1967.

Cette dernière année, associé à l'Américain Mark Donohue, autre pilote ingénieur de très haute réputation, Bruce McLaren termine quatrième, alors que Ford signe sa deuxième victoire consécutive grâce à Dan Gurney et AJ Foyt. Ce sont les dernières 24 Heures du Mans de Bruce McLaren : devenu pilote constructeur sous son propre nom en 1966, il se consacre désormais à cette activité, en Formule 1 (il remporte le Grand Prix de Belgique 1968) et aussi en challenge CanAm, qui fait courir des prototypes équipés de gros moteurs V8 d'origine Chevrolet.

C'est en essayant une de ces voitures qu'il trouve la mort sur le circuit de Goodwood (Grande-Bretagne) le 2 juin 1970. Mais sa marque lui survivra, avec vingt titres en Formule 1, trois victoires aux 500 miles d'Indianapolis et une victoire surprise aux 24 Heures du Mans 1995, pour la première apparition sarthoise de la F1 GTR.

Aujourd'hui, un documentaire réalisé par Roger Donaldson, vieux routier du cinéma hollywoodien, retrace la courte mais passionnante vie de Bruce McLaren. Dirigeants actuels de McLaren, Zak Brown et Mansour Ojjeh parlent d'un retour dans la Sarthe, alors qu'ils viennent d'annoncer leur présence aux 500 miles d'Indianapolis 2017 avec Fernando Alonso. Et deux pilotes néo-zélandais seront en lice pour la victoire dans la 85e édition des 24 Heures : Earl Bamber (vainqueur en 2015) et Brendon Hartley sont associés à Timo Bernhard au volant de la Porsche 919 Hybrid n°2. Renouvelleront-ils la performance de Bruce McLaren et Chris Amon en 1966 ? Réponse le dimanche 18 juin à 15 heures.

 

Cliquez ci-dessous pour découvrir le premier épisode de cette saga :

Bruce McLaren, l'homme-orchestre (1) - En attendant Ford...

 

Cliquez également ci-dessous pour en savoir plus sur l'histoire de la McLaren F1 GTR aux 24 Heures du Mans :

Les grandes dates 1995-1998

Histoires de pilotes 1995-1998

BMW, un moteur, deux voitures, deux victoires

 

Photo : Pour ses dernières 24 Heures du Mans, Bruce McLaren termine quatrième en compagnie de Mark Donohue, au volant d'une Ford Mk IV éclopée dont la capot arrière a été rafistolé... avec des ceinturons provenant des tenues des mécaniciens !

Dernières actualités